banque de l'environnementPollueurs payeurs: banque mondiale de l’environnement et de la pauvreté

Tous les pays souverains devraient faire partie de cette banque qui aurait son siège social
dans la ville de Québec, au Québec. Les règlements se liraient comme suit: Tout pays membre ou
pas, devrait verser un montant pour chaque tonne de polluants incluant les déchets industriels et domestiques vendus d’un pays à un autre.

La banque serait munie d’un plafond de tonnes de pollution et d’une barre de minimum, soit 50%
de son maximum, ce serait mis à jour à tous les ans sur une moyenne annuelle de pollution, mais toutefois la barre du maximum ne devrait pas excéder la précédente. Si un pays dépasse la barre maximale, il devra payer trois fois le prix de la tonne et les pays qui sont sous la barre minimum, seront payés de la différence par la banque.

Le surplus annuel de la banque, après toutes les dépenses déduites, le reste sera versé en médicaments et en denrées à un pays pauvre, en crise ou victime d’une épidémie. Avant toute aide ces pays acceptent de contribuer à la banque mondiale de l’environnement et de la pauvreté.

La ville de Québec, qui abritera le siège social de la banque mondiale de l’environnement et de la pauvreté, est la plus vieille ville et la seule fortifiée des Amériques, et il ne faut pas oublier qu’en 1941 le maire de la ville de Québec était dans la course avec le maire de la ville de New York É.U. pour l’obtention du siège social des Nations Unies. On s’appellera qu’Adolph Hitler défia le prédécesseur des Nations Unies, qui avait dit de ne pas attaquer la Pologne, et que George W Bush a fait de même avec les Nations Unies quand elles ont dit de ne pas attaquer l’Iraq. Il a fit des recommandations des Nations Unies et il a attaqué sous prétexte que ce pays avait des armes
à destructions massives.

En contrepartie la ville de Québec au Québec, est neutre, écologique et son pays pacifique.

 

Couillard et le pétrole Albertain

pipeline

hydroRené Lévesque, la Nation Québécoise et Hydro Québec a été mit de côté par Couillard et ses Libéraux. Selon les dires de Couillard, chef du parti Libéral, il demande aux Québécois de choisir entre le pétrole sur les rails ou une pipeline. C’est du pétrole polluant de l'Alberta, pas de l'Hydro du Québec source renouvelable et non polluante et de chez nous au Québec. Monsieur Couillard, demandez à la première ministre de l'Alberta si elle veut acheter de l'Hydro du Québec, vous êtes un mauvais fédéraliste

pas à peu prêt. Le choix n'est pas dure à faire c'est non

Couillard n'est pas digne de représenter la Nation Québécoise encore moins dans la même chambre que René Lévesque a siégé. Il pense qu’à ses poches, ses amis,et le coffre du parti.

Il faut être fédéraliste à plat ventre pour prendre position pour du pétrole polluant de l'Alberta au détriment de l'énergie propre et renouvelable qui est de l'hydro électricité, de chez nous au Québec, de la nation qu'il est supposé représenter. Lui et son prédécesseur qui ont augmenté la carte de crédit du Québec, et qui a coupé dans tout les ministères pour soutirer des poches des contribuables des sous pour abaisser la carte de crédit du Québec, les dépenses que son plan nord a exigées, de toutes ces coupures il ramasse aussi de l'argent pour son projet d'investissement dans les ports aux abords du fleuve St-Laurent pour accommoder nos conquérants qui restent à l'ouest du Québec, le tout payé à 100% par nous les Québécois.

Les gens, encore aujourd'hui, qui approuvent les gestes de Couillard et de son parti Libéral, devraient avoir honte car ils vont laisser un héritage semblable aux générations suivantes.

Solution

Qu'un mot d’ordre avec date et un endroit à Québec pour un rendez-vous pour seul but d'aviser les députés Libéraux et leur chef de partir de ce parlement dès cette instant, et que vous n'êtes plus digne de gouverner la Nation. Que l'opposition officielle forme désormais un gouvernement légitime, jusqu’à la fin de ce terme et que les candidats PQ qui sont arrivés deuxième dans les comtés où les libéraux ont été élus, soient proclamés élu, et que ce processus de sélection des députés par le DGEQ se tienne en dedans de 10 jours de calendrier à partir de la date de l'avis et ceci pour égaler le nombre de députés libéraux qui ont siégé de la dernière élection à aujourd’hui. La prise de pouvoir par le PQ se fera la même journée que l'avis donné aux Libéraux. Le parti Libéral sera rétrogradé à simple opposition ainsi que le salaire de simple députés, 1 député de moins que la CAQ et la CAQ deviendra l'opposition officielle. Les anciens députés qui perdrons le statu de député n’ont pas droit à une prime de départ seulement à une pension et cela seulement à la fin de ce terme s'ils y ont droit, ceux qui n’ont pas le droit d'une pension recevront une indemnité de départ équivalent à une semaine par année en poste à la fin du présent mandat. Nous ne voulons pas d’élection avant la fin du présent terme.

pétrole albertain       non pepeline

train lac meganticNationalisons nos chemins de fer

Comme le gouvernement du Québec l'a fait pour son Hydro, nationalisons nos chemins de fer, notre sécurité l'exige.  

Un peu d'histoire

Dans les années 1880, un scandale ferroviaire éclata, comprenant les largesses du gouvernement fédéral au détriment de notre sécurité et nos avoirs.

En 1932, lors de la création du train CN, Ottawa achetait des trains dans le Manitoba, la Saskatchewan et l'Alberta et Ottawa divisa le coût de son acquisition au pro rata des populations incluant celle du Québec. Cette dernière a payé la majorité de ce chemin de fer, soit plus $58 millions et plus de $11.8 millions pour les trois régions, car celle-ci était cinq fois plus peuplée que les trois régions réunies et Québec ne l'avait pas construit.

Vu que le fédéral préconise l'argent avant notre sécurité, l'aide venant du fédéral se fait attendre tout comme pour la tempête du verglas de 1998 qui a ravagé une partie du sud du Québec et qui a privé de courant plusieurs milliers de québécois et qui a occasionné une facture immédiate aux québécois.  Le fédéral avec l'accord du gouvernement libéral du Québec vers 2005, payait sa facture sans les intérêts.  L'inondation de Venise en Québec et tout au longs de la rivière Richelieu, le fédéral a envoyé l'armée après plusieurs semaines de demande d'aide.  Un soupir de soulagement de la part des sinistrés qui s'est vite tourné en découragement, la facture du fédéral n'est toujours pas acquittée; un autre désastre nous attend: le pont Champlain.  Faisons en sorte que les victimes de la catastrophe du lac Mégantic ne soient pas laissées pour contre.

Le Canada, colonie britannique, représenté par sa capitale Ottawa, fait partie de l'association du Commonwealth propriété de l'Angleterre. Cette dernière impose des redevances en pourcentage sur: permis de pêche, permis de chasse, exploitation minière, hydrocarbure, Hydro Québec, papetière, tourbière, etc., pour avoir exploité les terres de la Couronne Britannique; ceci à toutes ses colonies: Canada, Australie, Jamaïque, pour en nommer que quelques unes.

Le Canada tant qu'à lui détient des juridictions. Au Québec les ponts qui enjambent le fleuve St-Laurent, le port de Montréal, certains quais, les Plaines d'Abraham, la voie maritime du St-Laurent, le lac Champlain les chemins de fer et j'en passe; sont de juridiction fédérale.

Avec ces juridictions le fédéral contrôle tout ce qui est important dans la colonie (Canada), même la sécurité de ses sujets: le pont Champlain, le Québec devrait le faire construire au plus tôt à sa manière, à ses termes, à ses frais. Le fédéral détient de l'argent des québécois, il dit qu'il va défrayer un pourcentage du coût, advenant que dans un délai respectable, pas plus d'un an après sa réouverture que 100% de cette somme soit injecté par Québec dans le système de santé.

Le pire c'est que l'Angleterre a le droit de vie ou de mort sur ses sujets dans ses colonies et le Québec, dans le Canada, n'y échappe pas. On se rappellera du vote contre la participation à la guerre de 1914-18 et le refus de la conscription de 1939-45 qui a mené en prison le maire de Montréal.

Solution

Nationalisons nos trains et que le tout soit totalement sous la juridiction du ministère des transports du Québec, louons nos chemins de fer aux compagnies (CN, CP, etc.), sécurisons nos voies ferrées et faisons nos propres règlements.

Pour mettre un frein définitif au gaspillage de temps et d'énergie, au saupoudrage de notre argent que nous avons envoyé au fédéral, soit plus de $45 milliards en impôts et que nous l'avons laissé se servir allègrement dans nos poches, pour plus de $35 milliards en ponts d'impôts annuellement, nous endetter, faire les choux gras des autres régions du Canada, car il détient des juridictions sur tout. La solution finale serait un vote dans notre Assemblée Nationale pour que le Québec devienne un pays et que ses représentants fassent le serment de fidélité au peuple québécois.

tsunamiPétition. Retrait de Québec à l'accord de la Bourse du carbone signé par les libéraux

Abolissons la loi qui donne le droit de polluer.

La Bourse du carbone signée par le parti libéral au pouvoir à Québec en 2010 est un droit de polluer.  Tous les désastres écologiques de par le monde:  inondations, ouragans, tsunamis, sécheresses, fonte des glaces, tempêtes de verglas, pluies acides, tornades, etc.

Les libéraux du Québec ne comprennent pas que personne sur la terre ne contrôle ni ne contrôlera Mère Nature.  Nous, citoyens du monde, nous vous demandons que la signature de Québec par le parti libéral en 2010, soit retirée du document de la Bourse du carbone et ceci au plus tôt.

Commençons 2014 sur une bonne note.

http://www.avaaz.org/fr/petition/Deputes_PQ_au_pouvoir_a_Quebec_et_CAQ_et_Quebec_Solidaire_et_Ind_Retrait_de_Quebec_a_laccord_de_la_Bourse_du_carbone_sig/?copy

Le pétrole de l’Alberta

pipelineSelon les dires du président de la chambre de commerce de la ville de Lévis, rapportés par un grand quotidien, que la raffinerie Utramar de Lévis Québec, qui est là depuis 40 ans, elle emploie 500 personnes directement et 2000 indirectement, elle a aussi dépensé plus de $2 milliards, c’est une économie importante dans la région.

Le président de la chambre de commerce de la ville de Lévis n’est pas à la hauteur de son poste.  S’il veut éclairer le peuple de Lévis et du Québec en joignant les lobbyistes du pétrole albertain sans dévoiler l’autre coté de la médaille, il fait fausse route. Si Ultramar est ici depuis 40 ans et qu’elle a dépensé plus de $2 milliards, c’est qu’il y avait de l’argent à faire ici, malgré toute la compétition du temps. Nous perdrons des emplois sur des pétroliers que possède Ultramar ainsi que son port de mer en eaux profondes car ils seront inutiles pour le pétrole de l’Alberta.

L’économie de la région va écopé de ces pertes d’emplois au profit d’une pipeline qui acheminerait du pétrole de l’Alberta. C’est sans compter le désastre appréhendé à coup sûr en inversant le flot de la pipeline Montréal direction Portland Main. Les ruptures de pipeline seront de monnaie courante. Nous subirons les dégâts ainsi que le coût économique à la baisse de nos propriétés le long de cette dernière, ceci c’est sans compter les interminables pourparlers pour se faire payer la facture du nettoyage de pétrole albertain. En plus, si le peuple du Québec n’est pas souverain (indépendance), il paiera une partie du nettoyage du désastre écologique de l’Alberta, car son territoire est super pollué par l’extraction du pétrole des sables bitumineux.

Faits historiques

1- L’Alberta du sud a fait une faillite technique en 1902, elle s’est donnée à l’Alberta du nord.

2- En 1904, l’Alberta tout en entier croulait sous le poids de sa dette, elle ne pouvait plus payer ses intérêts, et elle ouvrit des pourparlers avec Ottawa pour joindre la confédération, qu’elle fit en 1905.

Le Québec et son peuple étaient les seuls en mesure de sortir l’Alberta de son marasme financier comme ils ont fait avec tous les autres car celles-ci faisaient parties de cette confédération malgré le non consentement du Québec.

3- En 1932, lors de la création du train CN, Ottawa achetait des trains dans le Manitoba, la Saskatchewan et l’Alberta et Ottawa divisa le coût de son acquisition au pro rata des populations incluant celle du Québec. Cette dernière a payé la majorité de ce chemin de fer, soit plus $58 millions et plus de $11.8 millions pour les trois régions, car celle-ci était cinq fois plus peuplée que les trois régions réunies.

4- À la fin des années 70, le Québec par l’entremise d’Ottawa finit la construction de plusieurs édifices à Calgary en Alberta.

5- À la fin des années 90 ou au début des 2000, le peuple du Québec, malgré qu’il envoie plus de $45 milliards d’impôts par année et qu’Ottawa vient chercher plus $35 milliards annuellement en points d’impôts (taxes), le Québec pour la première fois reçoit de la péréquation (argent) d’Ottawa. Ce qui donne des arguments au gouvernement de l’Alberta que le Québec est supporté financièrement par elle.

En réaction, cette dernière forme un parti souverainiste (indépendantiste) du nom de Western Block Party, qui englobe le Manitoba, la Saskatchewan, l’Alberta et la Colombie Britannique pour se séparer du Canada.

Tout ceci sans prendre en considération tout ce que le peuple du Québec a fait pour eux et encore aujourd’hui le Québec défraie le coût de l’éducation et dans certains cas le transport des travailleurs québécois qui vont en Alberta. Ces travailleurs paient des impôts et ces même travailleurs contribuent à l’Heritage Fund, l’équivalent de notre Caisse de dépôts et de placements, et quand ces travailleurs sont malades ou blessés, ils viennent se faire soigner au Québec et le peuple du Québec paie encore. Ceci c’est sans compter qu’Ottawa avec plus d’argent venant de l’Alberta, va s’ingérer davantage au Québec, avec un gouvernement qui l’invite à dépenser plus au Québec. C’est un argument de plus pour l’Alberta contre le Québec.

Voici ce que Souveraineté La Solution inc. a publié dans son journal de mai 2010.

Le Québec contrôlé par des fédéralistes

Selon les dires d’un ancien politicien qui avait entré la première fois en 1964, que son premier dossier qu’il avait à s’occuper, était celui des relations fédérales provinciales sur le déséquilibre fiscal.

C’est dire que le fédéralisme canadien n’a guère changé. Le déséquilibre entre le fédéral (Ottawa) et le Québec est fort simple, le fédéral excède systématiquement ses besoins (ce qui génère des surplus constants), alors qu’au Québec ce sont les besoins qui excèdent les revenus, (qui génèrent des déficits). Voici le déséquilibre fiscal tant décrié.

En effet pour des raisons politiques évidentes, le gouvernement fédéral ne demande pas mieux que d’utiliser ces surplus ou emprunter de l’argent sur le marché mondial pour intervenir dans tous les dossiers chauds où le Québec manque de ressources. Il se donne ainsi l’air d’un sauveur en aidant le Québec avec l’argent des québécois.

Tous les domaines les plus importants relevant du Québec ont fait l’objet d’une telle ingérence: la santé, l’enseignement supérieur, l’aide sociale, l’infrastructure provinciale et municipale, bourse, etc.

Comment peut-on corriger ce déficit fiscal? Ce n’est évidemment pas en permettant au gouvernement fédéral de dépenser encore plus d’argent dans les domaines qui relèvent du Québec. Car cela ne ferait que confirmer le déséquilibre que l’on veut corriger. Plus le gouvernement fédéral dépensera dans des domaines qui relèvent du Québec, plus il voudra conserver les surplus qui lui permettent de le faire. Et c’est là que l’on voit la bêtise absolue du gouvernement qui supplie le gouvernement fédéral de dépenser encore plus d’argent dans l’éducation supérieure et la santé, etc., sous prétexte de corriger le déséquilibre fiscal.

En effet l’histoire a prouvé qu’il est impossible d’amender le Canada, à corriger le déséquilibre
fiscal qui le favorise.

En réalité la seule manière de récupérer ses taxes et impôts et revenus de toutes sortes et de reprendre le plein contrôle de ses compétences, c’est de faire son indépendance. Car l’expérience que nous avons vécue, démontre hors de tout doute raisonnable qu’il est impossible de réformer le fédéralisme canadien.

La solution c’est un vote pour la souveraineté (indépendance) dans notre Assemblée Nationale et au plus tôt.

non pipelineNon au pétrole de l'Alberta

Selon les dires du président de la chambre de commerce de la ville de Lévis, rapportés par un grand quotidien, que la raffinerie Utramar de Lévis Québec, qui est là depuis 40 ans, elle emploie 500 personnes direct et 2000 indirect, elle a aussi dépensé plus de $2 milliards, c'est une économie importante dans la région.

Le président de la chambre de commerce de la ville de Lévis n'est pas à la hauteur de son poste. S'il veut éclairer le peuple de Lévis et du Québec en joignant les lobbyistes du pétrole albertain sans dévoiler l'autre coté de la médaille, il fait fausse route. Si Ultramar est ici depuis 40 ans et qu'elle a dépensé plus de $2 milliards, c'est qu'il y avait de l'argent à faire ici, malgré toute la compétition du temps. Nous perdrons des emplois sur des pétroliers que possède Ultramar ainsi que son port de mer en eaux profondes car ils seront inutiles pour le pétrole de l'Alberta.

L'économie de la région va écopé de ces pertes d'emplois au profit d'une pipeline qui acheminerait du pétrole de l'Alberta. C'est sans compter le désastre appréhendé à coup sûr en inversant le flot de la pipeline Montréal direction Portland Main. Les ruptures de pipeline seront de monnaie courante. Nous subirons les dégâts ainsi que le coût économique à la baisse de nos propriétés le long de cette dernière, ceci c'est sans compter les interminables pourparlers pour se faire payer la facture du nettoyage de pétrole albertain. En plus, si le peuple du Québec n'est pas souverain (indépendance), il paiera une partie du nettoyage du désastre écologique de l'Alberta, car son territoire est super pollué par l'extraction du pétrole des sables bitumineux.

Faits historiques

1- L'Alberta du sud a fait une faillite technique en 1902, elle s'est donnée à l'Alberta du nord.

2- En 1904, l'Alberta tout en entier croulait sous le poids de sa dette, elle ne pouvait plus payer ses intérêts, et elle ouvrit des pourparlers avec Ottawa pour joindre la confédération, qu'elle fit en 1905.

Le Québec et son peuple étaient les seuls en mesure de sortir l'Alberta de son marasme financier comme ils ont fait avec tous les autres car celles-ci faisaient parties de cette confédération malgré le non consentement du Québec.

3- En 1932, lors de la création du train CN, Ottawa achetait des trains dans le Manitoba, la Saskatchewan et l'Alberta et Ottawa divisa le coût de son acquisition au prorata des populations incluant celle du Québec. Cette dernière a payé la majorité de ce chemin de fer, soit plus $58 millions et plus de $11.8 millions pour les trois régions, car celle-ci était cinq fois plus peuplée que trois régions réunies.

4- À la fin des années 70, le Québec par l'entremise d'Ottawa finit la construction de plusieurs édifices à Calgary en Alberta.

5- À la fin des années 90 ou au début des 2000, le peuple du Québec, malgré qu'il envoie plus de $45 milliards d'impôts par année et qu'Ottawa vient chercher plus $35 milliards annuellement en points d'impôts (taxes), le Québec pour la première fois reçoit de la péréquation (argent) d'Ottawa. Ce qui donne des arguments au gouvernement de l'Alberta que le Québec est supporté financièrement par elle.

En réaction, cette dernière forme un parti souverainiste (indépendantiste) du nom de Western Block Party, qui englobe le Manitoba, la Saskatchewan, l'Alberta et la Colombie Britannique pour se séparer du Canada.

Tout ceci sans prendre en considération tout ce que le peuple du Québec a fait pour eux et encore aujourd'hui le Québec défraie le coût de l'éducation et dans certains cas le transport des travailleurs québécois qui vont en Alberta. Ces travailleurs paient des impôts et ces même travailleurs contribuent à l'Heritage Fund, l'équivalent de notre Caisse de dépôts et de placements, et quand ces travailleurs sont malades ou blessés, ils viennent se faire soigner au Québec et le peuple du Québec paie encore. Ceci c'est sans compter qu'Ottawa avec plus d'argent venant de l'Alberta, va s'ingérer davantage au Québec, avec un gouvernement qui l'invite à dépenser plus au Québec. C'est un argument de plus pour l'Alberta contre le Québec.

Voici ce que Souveraineté La Solution inc. a publié dans son journal de mai 2010.

Le Québec contrôlé par des fédéralistes

Selon les dires d'un ancien politicien qui avait entré la première fois en 1964, que son premier dossier qu'il avait à s'occuper, était celui des relations fédérales provinciales sur le déséquilibre fiscal.

C'est dire que le fédéralisme canadien n'a guère changé. Le déséquilibre entre le fédéral (Ottawa) et le Québec est fort simple, le fédéral excède systématiquement ses besoins (ce qui génère des surplus constants), alors qu'au Québec ce sont les besoins qui excèdent les revenus, (qui génèrent des déficits). Voici le déséquilibre fiscal tant décrié.

En effet pour des raisons politiques évidentes, le gouvernement fédéral ne demande pas mieux que d'utiliser ces surplus ou emprunter de l'argent sur le marché mondial pour intervenir dans tous les dossiers chauds où le Québec manque de ressources. Il se donne ainsi l'air d'un sauveur en aidant le Québec avec l'argent des québécois.

Tous les domaines les plus importants relevant du Québec ont fait l'objet d'une telle ingérence: la santé, l'enseignement supérieur, l'aide sociale, l'infrastructure provinciale et municipale, bourse, etc.

Comment peut-on corriger ce déficit fiscal? Ce n'est évidemment pas en permettant au gouvernement fédéral de dépenser encore plus d'argent dans les domaines qui relèvent du Québec. Car cela ne ferait que confirmer le déséquilibre que l'on veut corriger. Plus le gouvernement fédéral dépensera dans des domaines qui relèvent du Québec, plus il voudra conserver les surplus qui lui permettent de le faire. Et c'est là que l'on voit la bêtise absolue du gouvernement qui supplie le gouvernement fédéral de dépenser encore plus d'argent dans l'éducation supérieure et la santé, etc., sous prétexte de corriger le déséquilibre fiscal.

En effet l'histoire a prouvé qu'il est impossible d'amender le Canada, à corriger le déséquilibre fiscal qui le favorise.

En réalité la seule manière de récupérer ses taxes et impôts et revenus de toutes sortes et de reprendre le plein contrôle de ses compétences, c'est de faire son indépendance. Car l'expérience que nous avons vécue, démontre hors de tout doute raisonnable qu'il est impossible de réformer le fédéralisme canadien.

 

 

Tracé suggéré par Souveraineté la Solution inc

non au pipeline

 

 

 

P.S.  La construction du terminal de Churchill au Manitoba a coûté plus ou moins $100 millions et l’année de sa construction la population du Québec représentait 25% de celle du Canada, donc tous les québécois dans cette confédération ont payé, par le biais de leurs taxes et impôts, le quart de cette construction.  Ce terminal a été vendu par Stephen Harper pour un $1.00 à une personne des États-Unis et il lui a donné, il y a 3 ans un octroi de $6 millions pour lui venir en aide avec son chemin de fer. "Une cerise avec ça"

La solution c'est un vote pour la souveraineté (indépendance) du Québec dans notre Assemblée Nationale et au plus tôt.

Source : www.souverainetelasolution.com

Journal de juillet 2013, p. 7-8-9.

André Desnoyers

 

japon séismeUn séisme dans une région de la planète terre, le Japon

Un de mes copains me disait que la planète se meurt. Moi, je lui ai dit que la planète ne meurt pas et elle ne revendique pas sa place, elle la prend. Elle ne dit pas quand, comment, ou dans combien de temps elle va réagir, combien de morts et de dégâts matériels elle va causer, elle laisse tout cela aux humains. S’ils croient qu’ils peuvent contrôler, dire des demi-vérités, ou bien couvrir les yeux de Mère Nature d’un écran de fumée, ils se trompent.

Nous, au Québec, avons été témoins de ce que Mère Nature, avec l’environnement comme toile de fond, peut faire. Toute la population du Québec se rappelle très bien ce qui est arrivé au village de St-Jean-Vianney. Diriez-vous que ce n’est rien, il y a des gens qui se réveillent avec une gifle, d’autres avec plusieurs, et d’autres ne se réveilleront jamais. L’accord de Kyoto était une occasion de réveil, mais peu de gens se sont réveillés, et dire qu’ils nous représentent.

Des gens indifférents et qui ne se sentent pas concernés, font élire ces endormis, et quand la Mère Nature prend sa place, elle n’épargne personne, les réveillés (minoritaires), comme les endormis et les indifférents.

Faisons de Mère Nature notre partenaire de tous nos projets, et respectons la. Regardez et lisez la description du logo de SLS inc. Le président ainsi que l’équipe de rédaction, les membres et sympathisants, eux ont compris.

La planète terre tolère notre présence, il faut la respecter.

inondationMère Nature, les sinistrés, la politique

Les gens du Québec (sinistrés de l’inondation) subissent les foudres de Mère Nature, plus précisément les gens des municipalités tout au long de la rivière Richelieu et aux alentours du lac Champlain, soit 20 municipalités au 6 mai 2011.

Les sinistrés se demandent pourquoi le gouvernement du Québec n’a pas envoyé d’aide plus tôt (l’armée).

Le chef du gouvernement du Québec, qui représente un parti fédéraliste, est lui-même un pantin du gouvernement fédéral, il attend son OK. Mais les sinistrés du Québec étaient pour lui une priorité numéro 2, la priorité numéro 1 étant sa réélection.

La Mère Nature ne dépend de personne, encore moins des politiciens. Les sinistrés peuvent se compter chanceux que l’élection prenait fin le 2 mai au soir.

Les sinistrés auraient eu besoin d’aide il y a 2 semaines et même avant, mais les politiciens fédéraux étaient en élection. Pour Harper, le chef des conservateurs, l’environnement est loin de ses soucis, il aime mieux en profiter pour faire de la propagande fédéraliste sur le dos des sinistrés en envoyant l’armée arborant le drapeau du Canada. Les sinistrés se foutent de tout cela, tout ce qu’ils veulent: « du secours et protéger leurs biens ».

La politique est loin dans leurs pensées et avec raison, mais pas pour Harper, car c’est $50 milliards et plus que les gens du Québec envoient annuellement à Ottawa et Ottawa vient chercher un autre $50 milliards en points d’impôts chaque année.

Quand Mère Nature prend sa place, elle ne dit pas quand elle va commencer, ce qu’elle fera, ni le temps qu’elle prendra. Elle n’épargne personne sur son chemin peu importe son état de santé ou son allégeance politique.

Radios engagées

 

 

LogoQR

Réalisez vos achats en toutes sécurité

 

Nul besoin de détenir un compte Paypal

Loading

Soutien au site

Ce site existe grâce à vos dons et à votre appui.
Aidez-nous en contribuant financièrement.
Utilisez le bouton suivant pour faire un petit don via Paypal.

                                    

5$ 10$ 15$ ou plus...

Connexion sécurisée pour votre protection

Toutes les contributions sont très appréciées.

Vous faîtes la différence,

MERCI!

 Souveraineté La Solution

10 ans déjà


Copyright © 2016. Tous droits réservés Souveraineté La Solution inc. Conception SLC

Ce site est protégé par RSFirewall!, la solution de pare-fou pour Joomla!